Christoph Schlingensief: désastres en chaînes Cinéma

Affirmé en 1962 par le Manifeste d'Oberhausen, le Nouveau Cinéma Allemand regroupe des auteurs tels que Wim Wenders et Rainer Werner Fassbinder. Dans les années huitante, leur autonomie ainsi que les enjeux politiques défendus sont menacés par l'économie des structures industrielles. Fassbinder meurt jeune et Wenders accède au succès commercial en retournant sa veste. Fondés sur les faux raccords de l'histoire, les films de Christoph Schlingensief confrontent la nostalgie d'un temps fort et l'insouciance du néolibéralisme aux causes de la fuite en avant actuelle. Les dysfonctionnements sont transformés par l'enchaînement de rebondissements dynamiques, déclenchant des effets de surprise propres au spectacle de variété. La trilogie sur l'histoire de l'Allemagne («100 Jahre Adolf Hitler – Die letzte Stunde im Führerbunker», «Das deutsche Kettensägenmassaker», «Terror 2000 – Intensivstation Deutschland») et les débordements au-delà des frontières («United Trash») entrent en rapport avec l'affranchissement possible du cinéma («What Happened to Magdalena Jung?» et «Die 120 Tage von Bottrop»).