Edwin Brienen: Agent provocateur Cinéma

Né en 1971 aux Pays-Bas, Edwin Brienen aime se positionner comme l'enfant terrible d'une société fondée sur le politiquement correct et le consensus bienveillant. S'attaquant avec joie et sans retenue aux tabous et sujets sensibles de notre époque post 9/11 et post-postmoderne: religion, sexe et politique; de l'islam intégriste au christianisme prude, en passant par l'homosexualité exubérante et les leurres de l'hétérosexualité formatée. Homme de la provoc', il réunit dans ses œuvres des éclats contradictoires. L'innocence dont témoigne certains passages de ses films détonne avec l'excessivité violente et le nihilisme sans gêne de ses personnages. Mais cela n'est qu'une contradiction apparente. Ce qui réunit ses films, c'est la franchise avec laquelle Brienen expose les défaillances d'un système corrompu. Une honnêteté et immédiateté qui courent par moments le risque d'être prises pour un manque de subtilité, mais qui défendent à tout moment la liberté d'expression sacrée pour Brienen.