14 October 2012

Supermarché, Yan Jun

“Dans l’opulence de notre époque, la vie ressemble à un immense supermarché prêt à satisfaire tous nos désirs ; on s’y grise jusqu’à oublier notre véritable situation de prisonnier. Sur les rayonnages, les produits sont ordonnés selon le genre, la marque, le prix, la qualité, le type de fonctionnement et les soldes du moment… On a déjà décidé pour toi que tu en avais besoin, que tu devais choisir, que tu devais baigner dans leur nombre. Des produits inépuisables créent en toi une illusion sans borne. La toute puissance est accessible, la liberté infinie, le nirvana presque atteint. Par infini, j’entends que, dans un pays sans religion, l’infini des produits est comme une promesse sacrée. Face à la fermeture, au conservatisme, aux manques du passé, l’art serait devenu lui aussi infini, nouveau, en développement, créateur, multiple, hybride, sans interdit, téléchargeable gratuitement, mondial, jaillissant d’idées et d’informations. En près de dix ans, l’art est parti dans des directions de toutes sortes rénover notre jardin natal et spirituel. Cueille la fleur qui te plaît… Les possibilités sont infinies. L’illusion est parfaite. On a pour le coup épuisé toutes les possibilités, on a tout exaucé, tout achevé. Quand on peut tout faire, cela veut dire que rien ne mérite plus d’être fait. Quel est l’intérêt d’un supermarché spirituel, sinon de remplir son caddie ?”

Extrait de JUN, Yan, "Pour un surcaogen 草根超人", Génération dakou. Écouter, recycler, expérimenter, trad. Antoine Guex et Aline Hostettler, coll. Rip on/off, Van Dieren éditeur, Paris, 2010.

Consultez le programme

Les sons de LUFF.fm

Les vidéos de LUFF.tv